Céleste Derycke





Les Giboulées
Fontaines d'eau de pluie
.
2019 - projet de diplôme, sous la direction de Goliath Dyèvre,
ENSCI Les Ateliers

Faire germer des sentiments pluvieux agréables
.
Comme une célébration, cette série de 4 fontaines rythmées par la pluie est une invitation à la contemplation de cet évènement naturel.
Exploitant l’eau qui tombe du ciel plutôt que de la pomper hors du sol, elles sont comme des fontaines renversées, passives. Elles ramenent l’objet à l’échelle de la ressource en eau. Avec de faibles quantités, elles créent des effets perceptibles à l’échelle urbaine.













Pendant la pluie


Implantées dans des lieux de promenade, les fontaines s’activent lorsque la pluie tombe. À intervalles irréguliers, elles ploient brusquement sous le poids de l’eau accumulée dans les coupoles et déversent leur contenu. Elles créent la surprise chez les promeneurs, et jouent sur le rythme des basculements dépendant de l’abondance des précipitations.







Mouvements à l'échelle de la goutte




Lorsque le beau temps revient, les bascules projettent des ombres colorées au sol.



Tests de colorations sur PET




Les nuits pluvieuses


Composée d’une source lumineuse et d’une coupole en verre recueillant les gouttes, la fontaine projette sur le sol, les vibrations produites à la surface de l’eau. L’effet d’une simple goutte est décuplé par la lumière et devient visible à l’echelle de la ville.









Gouttes éparses

Début d'averse

Forte pluie





Après la pluie


Une fois remplie d’eau, cette fontaine projette au sol l’image de ce qui se trouve au dessus. Elle offre un vision en miniature de ce qui nous entoure, une échelle d’effet petite et intime qui nous pousse à nous rapprocher et à observer avec attention.













Recherches autour de la réfraction et de la déformation des images




À force de pluie


Alors qu’en ville, l’eau des fontaines décoratives est souvent traitée ou nettoyée pour qu’aucunes mousses et algues ne s’y développent, cette fontaine est destinée à mettre en valeur ce processus végétal. Elle est un point de biodiversité dans la ville, apporté par la pluie, qui rappelle ces vieilles fontaines de villages. Au fil des saisons la mousse évolue sur la structure en terre poreuse, qui garde l’humidité et lui permet de s’accrocher






+

La mousse se loge naturellement dans les zones d’ombre formées par le relief et dessine un motif guidé par les volumes.


+

Un réservoir d’eau de pluie en verre teinté surplombe la fontaine, et apporte, au goutte à goutte, une humidité constante sur une longue période. Un jour de pluie à Paris permet en moyenne d’alimenter la fontaine pendant 20 jours.